• décembre 5, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 142

Didier LANDES, éleveur caprin : « La qualité du lait, c’est d’abord le lavage de la machine à traire »

Didier LANDES, éleveur caprin : « La qualité du lait, c’est d’abord le lavage de la machine à traire »

La famille Landes exploite une ferme spécialisée sur la production de lait de chèvre vendu à la fromagerie l’étoile du Quercy de Loubressac. Le GAEC familial traie 600 chèvres pour une production annuelle de 470 000 litres dont le prix dépend de la qualité. Didier Landes est donc particulièrement attentif à ce critère «nous livrons un lait qui sert à la fabrication du fromage rocamadour au lait cru, ce qui nécessite un haut niveau de qualité.

Il est analysé tous les deux jours pour la détection des trois principaux pathogènes, E. Coli, coliformes et Staphylocoques. Il faut donc être très rigoureux sur l’hygiène. Pour moi, le plus important c’est le lavage de la machine à traire et du tank. Après chaque traite, nous lançons la machine automatique de nettoyage qui effectue un cycle complet, l’important étant la température de l’eau en fin de lavage, au moins 44 degrés. Les propretés de la machine, des tuyaux et du tank sont fondamentales pour limiter les contaminations. La traite des chèvres est également un moment important pour l’identification des animaux et la détection de leurs problèmes avec les demi quartiers à ne pas traire ou éviter les sur-traites.

Enfin, pour que les chèvres soient propres, nous changeons les litières trois fois par semaine et nous curons tous les deux mois, et même tous les mois en plein été. Nous consommons beaucoup de paille mais la qualité du lait est vraiment bonne. Voilà les trois points qui me semblent essentiels pour garantir l’hygiène du lait… »