• janvier 6, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 185

Production de noix bio : Un contexte économique difficile

Production de noix bio : Un contexte économique difficile

Cette rencontre avait lieu à la station expérimentale de Creysse

 

Les producteurs de noix en bio subissent la même crise que ceux en conventionnel. Réunis à Creysse le 8 décembre, ils s’interrogent sur l’avenir de leur filière au moment où les prix de leurs noix sont identiques au conventionnel.

 

La Chambre d’agriculture et Bio46 les avaient invité à une matinée de bilan et de réflexion sur leur production. Cette filière noix bio a bénéficié d’une décennie de fort développement jusqu’en 2022 sur l’ensemble du bassin de production. A l’image de toute la nuciculture, la récolte 2022 a été particulièrement abondante. Côté prix, ils se sont avérés très intéressants jusqu’en 2021 avec une nette plus value pour les noix bio. c’est pourquoi les surfaces ont connu une progression exponentielle. Malheureusement, la récolte 2022 est venue mettre un coup d’arrêt brutal à cette belle dynamique. La crise générale du secteur ne les a pas épargné avec de grandes difficultés à écouler et à valoriser leurs noix. Plusieurs producteurs témoignaient que la chute a été d’autant plus dure que leurs prix antérieurs étaient montés haut !

 

Petite récolte 2023

Et ce n’est pas la récolte 2023 qui va changer la donne puisque les rendements ont été faibles, inférieurs aux estimations, et la qualité très hétérogène. En effet, la forte recrudescence des maladies bactériennes a dégradé l’état sanitaire des noyers, particulièrement ceux peu ou pas traités, avec des cerneaux mal formés ou colorés. Le coup de chaleur de la fin d’été n’a fait que dégrader encore leur qualité. Côté prix de vente, ils s’alignent pour la deuxième saison consécutive sur les noix conventionnelles, ce qui ne permet aucune valorisation supplémentaire pour ces producteurs qui ont pourtant des charges supérieures. La plupart des participants à cette rencontre s’interrogent donc sur leur maintien dans la filière. Certains n’ont plus les moyens d’assurer l’entretien normal de leur noyeraie, compte tenu du prix de vente très bas des noix. Un problème inquiétant car ces noyers laissés à l’abandon n’ont pas pu constituer de réserves suffisantes pour garantir la future récolte 2024 ! En fait, seules les noix commercialisées en vente directe ont pu maintenir des prix intéressants et des marges bénéficiaires.

 

Avenir ?

Dans ce contexte très tendu, les organisations professionnelles s’interrogent, faut-il encore encourager la conversion en bio ? Faut-il continuer à planter des noyers ? Faut-il demander un plan d’aide à l’arrachage pour replanter d’autres productions ? Des pistes de diversification commencent à être évoquées comme la noix de Pécan qui jouit d’un marché porteur. Producteurs et techniciens sont donc en pleine réflexion en attendant le bilan financier de cette récolte 2023.

Contact :

Roseline TEILLARD, technicienne spécialisée

06.75.21.86.50.

Georgia SAUNDERS, Conseillère en AB

06.49.29.62.11.