• janvier 19, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 194

1981-2000 : les Chambres d’agriculture confrontées aux défis de la mondialisation et problématiques sociétales

1981-2000 : les Chambres d’agriculture confrontées aux défis de la mondialisation et problématiques sociétales

Un siècle écoulé, 100 ans d’histoire et une agriculture qui a réussi à s’adapter aux évolutions majeures de notre société. Au sein de chaque période, les Chambres d’agriculture ont joué un rôle central.

 

L’Europe et la France se retrouvent confrontées au développement du commerce international. À partir de 1992, les réformes de la PAC posent les prémices des impératifs environnementaux, introduisant des mesures incitant les producteurs à utiliser des méthodes plus respectueuses de l’environnement. Parallèlement, le commerce de produits agricoles est traité au GATT, puis à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) dans le cadre du cycle d’Uruguay (1986-1994) qui entre en vigueur en 1995. L’objectif à long terme de cet accord est d’établir un système d’échanges de produits agricoles équitable et axé sur le marché. En 1992, la première grande réforme de la PAC est adoptée, son objectif étant de réduire le budget global et d’abandonner le système des prix garantis illimités. La politique est passée d’un système de soutien du marché à une aide directe au revenu pour les agriculteurs et comprend de nouvelles obligations destinées à protéger l’environnement, ainsi que des mesures d’incitation visant à améliorer la qualité des denrées alimentaires. Pour la première fois, des paiements directs aux agriculteurs sont mis en place, sur la base de la superficie cultivée ou du nombre de bêtes détenues. Cette réforme voit également apparaître les signes européens de qualité AOP (Appellation d’Origine Protégée), IGP (Indication Géographique Protégée) et STG (Spécialité Traditionnelle Garantie).

Une logique de distinction préemptée plusieurs années auparavant par les Chambres d’agriculture avec « Bienvenue à la Ferme ». Créé en 1988, Il s’agit du principal réseau de producteurs fermiers et d’accueil touristique dans les fermes par les agriculteurs français comprenant la vente directe de produits fermiers, les séjours, les loisirs et la restauration à la ferme. Au cours des années 1990, les pays d’Europe sont frappés par la crise de la «vache folle», qui entraîne de grandes craintes chez les consommateurs et provoque la chute du marché de la viande bovine. L’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) est identifiée pour la première fois en novembre 1986 au sein d’un élevage britannique et le premier cas en France est découvert en mars 1991. À la suite de cette crise, tant sanitaire que sociétale, une loi sur la veille sanitaire et la surveillance des produits destinés à l’homme est adoptée en France en 1998. L’Institut de veille sanitaire est créé en 1998 et l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments en 1999.