• février 22, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 201

Annonces du Gouvernement : plutôt « une bonne chose » pour JA

Annonces du Gouvernement : plutôt « une bonne chose » pour JA

Hasard du calendrier ? Les jeunes agriculteurs (JA) ont organisé le 21 février une conférence de presse pour présenter leurs actions sur le Salon international de l’agriculture (SIA). Leur président, Arnaud Gaillot en a profité pour commenter les mesures annoncées par le Premier ministre Gabriel Attal.

 

« Il serait malhonnête de reconnaître que les choses ne bougent pas », a concédé Arnaud Gaillot, président des JA le 21 février, quelques temps après que le Premier ministre a dévoilé les grandes lignes du futur projet de loi pour une agriculture souveraine. Satisfait que le droit à l’essai pour les jeunes installés soit reconnu, le syndicaliste a toutefois estimé que les mesures annoncées n’étaient « qu’un point d’étape ». En fait, JA attend que le chef de l’État qui viendra inaugurer le Salon le 24 février « rendre ses arbitrages. On attend un discours engagé et qu’il casse la baraque pour que l’agriculture française retrouve sa fierté et sa capacité de production », a-t-il dit. C’est d’ailleurs l’un des points que Gabriel Attal avait abordé peu auparavant : « Oui, la France doit être souveraine et donc oui, la souveraineté agricole est notre cap. (…) Pour atteindre ce cap, on doit produire plus, et on doit protéger mieux », avait-il déclaré. Comme pour leurs aînés de la FNSEA, les attentes restent grandes à JA vis-à-vis du chef de l’État : « la balle est dans son camp. Nous serons attentifs à son expression et aux suites à donner », a-t-il indiqué. Emmanuel Macron pourrait d’ailleurs raccourcir sa déambulation au sein du Salon et prendre le temps d’un échange avec les agriculteurs sous la forme d’un débat, peut-être dans le Hall 7 du Salon.

 

« Fierté et passion » 

Par ailleurs, Arnaud Gaillot a tenu à rejeter les attaques dont son syndicat et la FNSEA ont récemment fait l’objet : « Nous sommes apolitiques (…) Nous ne sommes pas cogestionnaires du gouvernement. Notre rôle est de travailler démocratiquement quelque la couleur politique de ceux que nous rencontrons pour porter nos revendications ». Excluant toute connivence, avec qui que ce soit, il tient à « faire le distinguo entre le temps politique et le temps de la valorisation de l’agriculture ». C’est dans le second temps que s’inscrit le manifeste de Jeunes agriculteurs pour les prochaines élections européennes. Dans un document de huit pages, le syndicat détaille le programme agricole qui pourrait être repris puis décliné par les futurs représentants français et européens à Strasbourg et Bruxelles. En quatre courts chapitres, JA souhaite « réformer la PAC vers plus de jeunesse, de résilience et de souveraineté », « harmoniser les normes en Europe », « Rendre le commerce international plus juste » et enfin « donner du sens à la citoyenneté européenne et à l’alimentation ». Le Salon sera d’ailleurs l’occasion pour JA et l’ensemble du monde agricole de « rétablir quelques vérités » et de montrer « notre fierté et notre passion », a soutenu le président des jeunes agriculteurs. 

Christophe Soulard