• mars 5, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 217

Syndicat des vins des côtes du Lot : Création d’une interprofession commune avec les vins de Cahors

Syndicat des vins des côtes du Lot : Création d’une interprofession commune avec les vins de Cahors

Cette assemblée générale se tenait à la Chambre d’agriculture à Cahors

 

Réunis en assemblée générale, les membres du syndicat des vins des Côtes du Lot ont approuvé la création d’une interprofession commune avec le syndicat des vins de Cahors. Elle s’appellera l’UIVCCL (Union interprofessionnelle des vins de Cahors et Côtes du Lot). 

 

Les vignerons producteurs de vins IGP Côtes du Lot tenaient leur assemblée générale le 9 février à la Chambre d’agriculture sous la présidence de David Girard. Si la récolte 2022 était correcte avec 65 000 hl produits par 130 viticulteurs, celle de 2023 est par contre catastrophique avec une prévision autour de 25 000 hl. La cause en est connue, une météo printanière tropicale a provoqué une explosion incontrôlable du mildiou, suivie d’une canicule tardive de fin d’été qui a séché les grappes de raisins. Principalement alimentés par la cotisation sur les volumes produits (1,25 €/ hl), les comptes du syndicat s’en retrouvent sérieusement affectés, obligeant ses responsables à réduire drastiquement les dépenses, notamment les animations et les frais de secrétariat.

 

Interprofession 

Rappelons que le syndicat des vins des Côtes du Lot est affilié à l’IVSO (Interprofession des Vins du Sud-Ouest) qui regroupe les appellations de notre région, à l’exception du vin de Cahors qui détient sa propre interprofession, l’UIVC, depuis toujours. Face à la double crise, climatique et du marché des vins rouges, les responsables des deux syndicats ont mené une réflexion commune afin de trouver des pistes de développement pour l’avenir. Un projet commun autour des vins du Lot qui conserverait l’ossature du Malbec en gardant ses nuances et en travaillant sa promotion de manière unie. Nicolas Fournié, président du syndicat du vin de Cahors, et David Girard, président du syndicat des vins des Côtes du Lot, soulignaient « notre viticulture traverse une crise historique et doit se réinventer. Les vins rouges sont aujourd’hui à la peine tandis que les vins rosés tirent leur épingle du jeu. Nous devons donc trouver les moyens de nous adapter à ces nouvelles attentes du consommateur en abordant le marché de façon mieux structurée et plus cohérente… ». Pour sa part, Sébastien Sigaud, président de l’interprofession du vin de Cahors, précisait que l’appellation avait augmenté sa cotisation à 2 €/hl afin de pouvoir sauver les missions de la structure, en demandant que les pouvoirs publics mettent également 2 €/hl. Cela permettrait de dégager une enveloppe suffisante pour envisager une profonde restructuration du vignoble. Présents à cette assemblée, les élus Lotois Aurélien Pradié et Rémy Branco, apportaient leur soutien à cette initiative en reconnaissant que la situation de la viticulture Lotoise est très délicate.