• mars 11, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 278

Directive IED : les éleveurs tirent le signal d’alarme

Directive IED : les éleveurs tirent le signal d’alarme

« Dernière chance pour sauver le modèle familial des élevages français ». Tel est le cri d’alarme poussé le 8 mars dans un communiqué de presse par les interprofessions du porc (Inaporc), de la volaille (Anvol) et de l’œuf (CNPO). En effet, le vote sur la directive « émissions industrielles », (IED) doit avoir lieu le 12 mars prochain. « S’il est voté en l’état, l’accord sera catastrophique pour les filières françaises des volailles, des porcs et des œufs. Il entraînera la disparition des élevages familiaux français, en les obligeant systématiquement à se concentrer massivement pour s’agrandir et avoir la capacité de répondre aux nouvelles obligations réglementaires », prévient le communiqué commun aux trois organisations. La directive prévoit un abaissement des seuils de 40 000 à 21 400 poules. Le seuil à partir duquel les exploitations porcines sont soumises aux obligations européennes IED a été fixé à 350 UGB (unité gros bovins). Cela correspond approximativement à un élevage naisseur-engraisseur de 120 truies. Pour l’heure, les élevages de bovins restent exclus du dispositif. La taille moyenne des exploitations françaises ne leur permettrait pas de « faire face aux contraintes administratives et aux lourds investissements nécessaires », conclut les trois organisations.