• avril 1, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 625

Fdcuma : Journée valorisation du bois de ferme

Fdcuma : Journée valorisation du bois de ferme

Les participants ont assisté aux démonstrations de matériels

 

La Fdcuma et la Chambre d’agriculture ont organisé en partenariat avec le CRPF occitanie le 7 mars à Lauzès une journée consacrée à la valorisation des bois du causse présents sur les exploitations agricoles. Les agriculteurs ont pu bénéficier d’une visite commentée d’une parcelle boisée puis d’une démonstration de petits matériels forestiers pour les valoriser. 

 

Sur notre département très boisé, de nombreuses exploitations agricoles possèdent des parcelles de forêt souvent utilisées par les éleveurs pour faire pâturer leurs animaux en période estivale chaude. Ces bois peuvent cependant conjuguer une gestion et une exploitation forestière raisonnée avec du pastoralisme estival. C’était l’objectif de cette journée organisée par la Fdcuma du Lot sur le causse au hangar de la Cuma de Lauzès et sur la ferme de Bruno Alayrac, éleveur ovin.

 

Matinée en forêt 

La matinée était animée par le conseiller forestier de la Chambre d’agriculture, Jocelyn Dibois, qui a conduit les participants dans un bois pâturé par les brebis afin de diagnostiquer cette parcelle de 2 hectares et donner des conseils pour la gérer et l’exploiter durablement « c’est une futaie typique du causse avec des arbres de 90 à 100 ans, composé principalement de chênes pubescents et présentant de la diversité avec un peu d’érables de Montpellier, de merisier et quelques sorbiers domestiques. On peut y pratiquer des prélèvements d’éclaircie mais de façon parcimonieuse et organisée afin de couper quelques arbres pour favoriser l’ensoleillement et dynamiser la pousse de l’herbe tout en préservant les arbres d’avenir… ». Telle est la stratégie prônée pour favoriser le sylvopastoralisme, en valorisant ces bois et en contribuant au mélange des essences. Les bois prélevés ont une valorisation en bois de chauffage principalement, et les bois d’avenir pourront être sciés plus tard en charpente, en traverses ou encore en voliges. Jocelyn Dibois expliquait également le marquage des arbres d’avenir avec des bombes de différentes couleurs et des signes distinctifs sur les troncs. Le propriétaire peut couper ce bois lui-même ou faire intervenir des opérateurs économiques, mais dans ce cas, il soulignait l’obligation et l’importance de signer un contrat précisant clairement le travail demandé ( prix d’achats, pourcentage de prélèvement, respect des chemins, acheminement…). Des contrats types complets sont disponibles sur le site internet du CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière).

 

Les agriculteurs ont pu bénéficier d’une expertise de parcelle boisée menée par jocelyn Dibois (Chambre d’agriculture) et Yann Clément (CRPF)

 

Démonstrations 

L’après-midi était consacré aux démonstrations de petits matériels forestiers nécessaires à la valorisation du bois. Le conseiller machinisme de la Fdcuma, Louis Henri Rossignol, rappelait que les Cuma ont fait mettre ces matériels dans la liste des matériels subventionnables, ce qui leur permet d’avoir 40 % de subvention lors de l’achat en Cuma. Beaucoup se sont donc équipées avec des fendeuses de bûches, des fagoteuses, ou encore des déchiqueteuses. La maison Lagarrigue présentait une fendeuse verticale de marque Rabaud qui fabrique plusieurs modèles de différentes tailles. Elles sont montées sur tracteur, équipées de treuils pour tirer les bûches, et fonctionnent par vérin hydraulique permettant de fendre sans fatigue toutes les bûches destinées au bois de chauffage. Elle présentait aussi une fagoteuse très pratique à monter sur le devant du tracteur pour réaliser des fagots d’un stère, liés et prêts à être stockés ou livrés à d’éventuels acheteurs. La Cuma Lot-Environnement faisait ensuite une démonstration de sa déchiqueteuse Eschlböck qui peut broyer des branches et des troncs jusqu’à 35 centimètres. Au-delà du broyage, il était souligné de porter attention à ne pas prélever toute la matière première de la forêt. Sinon, on peut affaiblir l’équilibre de tout l’écosystème forestier. Cette plaquette peut servir à alimenter des chaudières au bois ou à apporter un complément à la paille en litière pour les animaux. La Cuma intervient sur prestation dans tout le département. Elle est à disposition de tous les agriculteurs adhérents de Cuma. Ses tarifs varient en fonction de la durée d’intervention : 250 €/h ou 200 €/h pour une demi-journée ou 180€/h pour la journée. Le chantier doit être préparé, c’est-à-dire le bois doit être exploité et regroupé en bordure de chemin. Enfin, la Cuma de Lauzès montrait également le travail de sa fendeuse à plat qui a un débit plus élevé mais nécessite plusieurs personnes pour l’actionner. Cette journée instructive a généré de nombreux échanges pour les agriculteurs présents.

Renseignements auprès de Jocelyn Dibois Conseiller forestier 06 15 46 45 10

ministere