• avril 2, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 335

Nouveau président passionné pour le syndicat des éleveurs de la race Salers de la Corrèze.

Nouveau président passionné pour le syndicat des éleveurs de la race Salers de la Corrèze.

Jean-François MATHIEU

 

Jean-François, quadra dynamique, a été plébiscité, ce jour-là, pour donner un nouveau souffle au syndicat, et il n’est ni en manque d’idées ni de motivations. 

 

Les origines 

Une maman veuve très tôt, qui élève ses fils à Sourniac dans le Cantal grâce à son troupeau de 25 Salers, donne au nouveau président du syndicat un sentiment de reconnaissance vis-à-vis de la race. Tout part certainement de là ! Jean-François débute en 2000 par un poste d’animateur chez les JA19 et continue comme technicien à l’Adasea jusqu’en 2007. C’est ensuite qu’il intègre la Chambre d’agriculture de la Corrèze jusqu’en 2015. Parallèlement, dès 2009, il achète ses premières vaches et des terres petit à petit. Il reprend l’exploitation de Meilhard lorsqu’il quitte la Chambre grâce à laquelle il a pu suivre une formation en PNL (Programmation neurolinguistique).  » Cette volonté fait suite à une vague de suicides d’agriculteurs sur mon secteur, et j’ai ressenti le besoin de leur venir en aide « . L’agriculteur pratique toujours la PNL, en prolongement de son activité agricole, en passant par des organismes tels que Vivea, la MSA, par les Chambres d’agriculture, par les fédérations… C’est une intervention en groupe et la discrétion est de mise. Dorénavant à la tête d’une exploitation de 55 têtes dont 6 à 9 taureaux de pure race salers, il a trouvé un équilibre, tant financier qu’organisationnel, lui permettant de profiter de ses enfants et de sa vie privée. De plus, Jean-François est adhérent à HerdBook Salers et à Bovin Croissance : Il prépare SATIN et POÉSIE pour son premier concours National.

 

La race 

Le tout nouveau président du syndicat explique que pour lui cette race est mixte, à la fois laitière et allaitante. Il rajoute que  » c’est une race facile à élever : 99 % des vêlages se font sans aide humaine. C’est LA race du XXIe siècle car l’herbe lui suffit. Il n’est pas obligatoire de lui donner des céréales ou du maïs. De ce fait elle ne rentrerait pas en concurrence avec l’Humain pour l’alimentation.  »

 

Les actions syndicales 

Ce passionné et le nouveau bureau donnent un nouvel élan au syndicat en décidant de deux lignes d’actions fondamentales. La première est de créer un lien de partage entre éleveurs qui  » permet d’avoir toutes les hautes compétences partagées dans le département « . Pour ce faire, un groupe WhatsApp très vivant est mis en place. 22 éleveurs se sont ainsi rendus à la station d’évaluation de la race salers à Fau dans le Cantal pour y acheter 2 taureaux en copropriété, ce qui permet un accès à des reproducteurs plus performants au niveau du département. Le partage et l’entraide sont au cœur des convictions de JeanFrançois qui les met au service du développement et de la promotion de sa race fétiche. À cette fin, le syndicat espère un nombre de places supérieur à l’année passée au Festival de l’élevage de Brive la Gaillarde les 24 et 25 août prochains. De plus le concours départemental de la race est déjà dans les tuyaux et devrait se dérouler à Bassignac le Haut. Pour finir, une délégation départementale importante se rendra au Sommet de l’élevage de Cournon (du 1er au 4 octobre 2024), pour le concours national de la race salers où 384 stalles seront réservées aux belles acajous. Le syndicat a pris la décision d’ouvrir ses portes aux éleveurs de salers des départements limitrophes ne possédant pas de structure syndicale. Néanmoins ces derniers ne pourront pas participer au concours départemental ni au Festival de Brive. Sont concernés la Creuse, le Cantal, la Dordogne, le Lot et la Haute-Vienne.

Contact : agri.terrehappy@ gmail.com ou 06 87 01 47 87 Bénédicte CAYLA (UP19)