• mai 3, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 307

Maïs semence : Une bonne année 2023 mais une campagne 2024 qui s’annonce compliquée

Maïs semence : Une bonne année 2023 mais une campagne 2024 qui s’annonce compliquée

Le 26 mars dernier, l’assemblée générale du Syndicat des Producteurs de Semences de Maïs du Quercy a eu lieu à Cajarc présidée par M. Alain Durade. M. Didier Alcouffe, animateur du syndicat, a présenté les résultats techniques de la campagne 2023. Une baisse de 10 % des surfaces a été observée notamment due au contexte climatique de début 2023 puisque les réserves d’eau étaient très basses au moment de l’écriture des contrats. Le nombre de producteurs (235 en 2023) est en baisse depuis 3 ans même si les surfaces se maintiennent en moyenne. Sur les 5 393 ha contractualisés en 2023, l’établissement Lidea reste majoritaire avec 30 % des surfaces suivi d’Arteris (20 %) et RAGT Semences (15 %). Cependant la tendance pour Lidea est à la baisse contrairement à Arteris qui grimpe dans le nombre de contrats signés. La particularité du maïs semence du Quercy reste la grande diversité de variétés puisqu’en moyenne une variété représente 16 ha. Sur l’ensemble de la zone, la proportion de variétés fertile et stérile reste stable.

 

Les récoltes 2023 ont été plus précoces que les années précédentes au vu des conditions climatiques et les résultats techniques ont été similaires à ceux de 2021. Ces résultats sont les biens venus après une année 2022 douloureuse pour les agriculteurs multiplicateurs de semences de maïs. La vague de chaleur de fin août a avancé la date de récolte mais n’a pas trop impacté les résultats. Les dates de semis précoces avec des conditions favorables (40 % des surfaces semées au 7 mai), l’absence de coup de froid au mois de juin, la bonne pluviométrie et les températures idéales ont permis des résultats exceptionnels. En ajoutant le cours mondial du maïs conso très élevé à cette époque et les accords renégociés avec les établissements, tout était favorable à de bons résultats techniques et économiques. Les pourcentages de rendements pour le Lot et le Tarn et Garonne sont en moyenne de 112 % avec même 129 % en vallée du Lot. Cela a permis de diviser par 10 les indemnités de la caisse de compensation en comparaison de la dernière campagne. Cependant certains secteurs ont été très impactés par des aléas climatiques localisés comme les orages du 21 juin où 200 mm se sont abattus sur la vallée de la Barguelone ou les orages de grêle du 19 juin à St Etienne de Tulmont. Ces secteurs sinistrés représentent 90 ha de maïs semence.

 

Si l’ensemble des professionnels peuvent se féliciter des résultats de 2023, la campagne 2024 s’annonce compliquée au vu des surfaces proposées par les établissements. Sur l’ensemble de la zone, une baisse exceptionnelle des surfaces de – 28 % en moyenne est annoncée. Certaines exploitations ont même subi des diminutions de – 40 % voire plus, quand d’autres ne se voient proposer aucun contrat pour la campagne à venir. Avec une baisse du cours mondial du maïs conso, des charges qui restent élevées et l’interdiction de l’utilisation des herbicides à base de S-Métolachlore, les difficultés semblent s’additionner pour 2024. Les agriculteurs ont également dénoncé des fortes augmentations des primes d’assurance allant jusqu’à + 80 % comparé à l’an dernier.

 

Cette AG a aussi été l’occasion pour Nicolas Montepagano, responsable filière à l’APGM, de présenter l’application « Job semences maïs » qui a été fortement mise à jour et optimisée. Cette application permet de mettre plus facilement en relation les producteurs et les saisonniers pour la castration du maïs. Une application qui sera utile puisque les agriculteurs sont en demande de main d’œuvre cette année au vu du faible nombre de candidatures déposées à ce jour.