• juin 7, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 271

Transition agricole : le Crédit Agricole s’empare du sujet

Transition agricole : le Crédit Agricole s’empare du sujet

Le Crédit Agricole Nord Midi Pyrénées a décidé de s’impliquer très concrètement dans la transition vers une agriculture adaptée au changement climatique. Depuis début 2024, Laurence Saurel et Romain Tauriac ont rejoint le service Agricole pour mettre en place des actions en faveur de cette transition, décarbonation de l’activité agricole, adaptation des exploitations aux changements climatiques, maintien des actifs pour assurer notre souveraineté alimentaire. La caisse a noué un partenariat avec la Chambre d’agriculture du Lot afin de travailler ce sujet. Elle lance une série d’articles à paraître dans notre journal et sur l’application smartphone pour mettre en lumière des réalisations déjà éprouvées. Voici le premier de cette série qui va s’étaler sur l’année à venir.  

 

Le pastoralisme au service de la collectivité 

Le pastoralisme pratiqué par l’élevage ovin permet d’entretenir également les landes et bois des parcelles communales comme à Caniac-du-Causse où les éleveurs se sont organisés en association. Une transition vers une gestion collective du territoire. Daniel Pons est installé depuis 1997 sur la ferme familiale avec 650 brebis causse du Lot. Il exploite 300 ha dont 100 ha de surface arable destinée aux prairies temporaires et céréales, et 200 ha de parcours, landes et bois. Il a clôturé tous ses parcours pour pouvoir les faire pâturer aisément entre mai et janvier de l’année suivante « c’est une ressource fourragère indispensable sur notre région de causse à faible potentiel agronomique. Je l’utilise pour les animaux à l’entretien, les brebis qui viennent de lutter ou d’être sevrées… »

 

Parcs communaux 

En plein cœur du Quercy, la Municipalité de Caniac-du-Causse possède 250 ha de terrains en lande ou friche hérités de la révolution. Autrefois utilisés par les paysans, ils ont petit à petit sombré dans l’abandon et l’embroussaillement. Pour éviter ces friches, les risques d’incendie afférents et maintenir le milieu ouvert, les éleveurs de la commune se sont constitués en association « los communals de Caniac-du-Causse » afin de les valoriser en accord avec la Municipalité. Daniel Pons en est le président « Dès les années 1998, nous avons réfléchi à utiliser ces parcours communaux. Nous sommes une dizaine d’éleveurs ovins mais aussi bovins et nous avons commencé par y créer des parcs clôturés de différentes tailles allant de 4 à 40 ha. Au sein de l’association, nous discutons et nous nous les répartissons pour faire pâturer nos animaux. Certains parcs sont attribués à un seul éleveur tandis que d’autres sont partagés selon la saison. C’est une démarche très fédératrice qui renforce les liens entre nous tout en apportant plusieurs bénéfices. Nous valorisons cette ressource fourragère gratuite et entretenons ces parcours pour l’intérêt de la collectivité. Nous embauchons aussi temporairement un salarié auprès de Ger Emploi 46 pour entretenir les clôtures et girobroyer. L’association a d’ailleurs acheté un girobroyeur et la commune nous met son tracteur à disposition. Comme nous sommes sur un site très préservé en zone Natura 2000 et Espace Naturel Sensible, le Parc Naturel Régional et le Conseil Départemental sont partenaires. Nous bénéficions des aides MAEC sur ces parcelles pour lesquelles nous enregistrons nos pratiques. C’est donc un pastoralisme collaboratif gagnant-gagnant qui profite à l’élevage ovin autant qu’à la collectivité en préservant nos magnifiques paysages du causse et leur exceptionnelle biodiversité… ». Cette initiative s’inscrit donc dans une transition de l’agriculture vers une gestion collective concertée du territoire au bénéfice de tous les acteurs, éleveurs, habitants, touristes, biodiversité, environnement. Une nouvelle vision transversale du métier en quelque sorte.