Jocelyn Dibois est technicien forestier à la Chambre d’Agriculture du Lot depuis 2013. Il intervient sur l’ensemble du Département auprès des agriculteurs qui sont propriétaires forestiers dans le cadre d’une animation forestière de proximité.

L’objectif est de les accompagner techniquement dans leurs choix de gestion durable et de valorisation du patrimoine forestier. En fonction des projets, il est en mesure de se déplacer pour réaliser un diagnostic forestier gratuitement, et accompagner dans les futures démarches. Ces actions sur le terrain sont les suivantes :

  • Diagnostic forestier : Appui technique à la description d’une propriété forestière en lien avec les documents de gestion durable, conseil sur les aspects réglementaires et fiscaux en lien avec la gestion forestière, information sur les différentes qualités des bois, et des prix indicatifs des bois sur pied,…
  • Exploitation forestière : Accompagnement des agriculteurs dans leurs démarches de mise en vente d’un lot de bois auprès des différents acteurs économiques locaux, marquage des bois si nécessaire en vue d’une exploitation forestière. Conseil sur la réglementation sur les coupes de bois (Arrêté de coupe en vigueur).
  • Aide à la recherche de parcelles boisées, ou de limites de parcelle dans le cadre d’un projet de d’exploitation forestière et/ou sylvicole.
  • Sylviculture : Conseil à la plantation suite à une exploitation forestière (choix des essences forestières, mise en place d’un itinéraire technique,…). Recherche de financement pour les travaux sylvicoles.
  • Accompagnement technique dans un projet sylvopastoral en partenariat avec le conseiller pastoral de la Chambre d’Agriculture (bois du Causse) : Croisement des enjeux pastoraux et forestiers.
  • Accompagnement dans un projet agroforestier: conseil sur les techniques de plantation, choix des plants, de la densité, des entretiens et montage de dossier de financement.
  • Formations VIVEA : Utilisation d’une tronçonneuse et d’une débroussailleuse en sécurité, mise en place de nouvelle formation tels que le Sylvopastoralisme et la sylviculture du Peuplier.
  • Développement de partenariats avec les opérateurs techniques de la Forêt tels que le CRPF Occitanie, les PETR au travers des chartes forestières de Territoire, Cœur de Forêt, les exploitants forestiers locaux, scieurs…

Pour tout renseignement sur la gestion de vos bois, vous pouvez rencontrer Jocelyn Dibois à sa permanence le lundi à la Chambre d’Agriculture à Cahors, ou prendre directement rendez-vous chez vous pour une visite diagnostic en appelant le 06 15 46 45 10 ou au 05 65 23 22 22.
Jocelyn DIBOIS – Conseiller Forestier – 05 65 23 22 22- 06 15 46 45 10 – j.dibois@lot.chambagri.fr

Le renouvellement forestier est lancé Le plan de relance dédie des moyens inédits pour engager le renouvellement forestier dans le contexte du changement climatique, en incitant les propriétaires forestiers à investir pour adapter leurs forêts ou pour améliorer leur contribution à l’atténuation du changement climatique. Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation lance un appel à manifestation d’intérêt (AMI) à destination des opérateurs économiques de l’amont forestier de la filière forêt-bois capables : D’identifier/démarcher/conseiller et susciter l’adhésion des propriétaires forestiers potentiellement concernés par ce volet « Renouvellement forestier » du plan de relance ; De regrouper les dossiers de ces propriétaires et représenter ces derniers auprès des services de l’État en charge de leur instruction ; De sécuriser la mise en œuvre de ces opérations sylvicoles dans des conditions garantissant la qualité des prestations fournies et le respect des délais prescrits. Cet AMI présente les modalités de mise en œuvre de l’aide au renouvellement forestier, qui sera ouverte en janvier 2021, à destination des propriétaires forestiers. Ces modalités seront communes à ceux qui souhaiteront donner mandat à un porteur de projet éligible à cet AMI, et à ceux qui préféreront déposer une demande d’aide individuelle directement auprès du service instructeur. Ces modalités sont particulièrement innovantes et volontaristes : 1- Elles retiennent des taux d’intervention incitatifs, tenant compte de l’expérience des dispositifs passés 80 % pour la reconstitution des forêts dépérissantes, notamment dans le cadre de la crise des scolytes sévissant en Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes ; 60 % pour le renouvellement de forêts déjà identifiées aujourd’hui comme vulnérables au changement climatique, et pour la conversion/transformation de peuplements forestiers pauvres pour améliorer leur contribution à l’atténuation au changement climatique. 2- Elles actent la diversification des essences comme un principe de maîtrise du risque dans le contexte du changement climatique, en fixant comme condition d’accès à l’aide un taux minimum de diversification de 20 % à partir de 10 ha. 3- Elles restent simples pour les propriétaires forestiers, notamment en ne fixant pas de seuil minimum d’éligibilité en surface, en mettant en place une possibilité de paiement sur la base de montants forfaitaires à l’hectare, et en s’appuyant sur des justificatifs déjà existants (autorisations administratives de coupe sanitaire, documents de gestion durable) ou produits directement par un expert forestier, l’Office national des forêts ou un gestionnaire forestier professionnel, avec l’appui possible du Centre national de la propriété forestière (CNPF).