• septembre 24, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 114

Coopérative Lipequ : Récolte attendue en quantité mais avec quelle qualité ?

Coopérative Lipequ : Récolte attendue en quantité mais avec quelle qualité ?

Les producteurs de noix de Lipequ étaient réunis en assemblée générale le 26 août. La coopérative attend une récolte abondante en quantité mais affiche ses inquiétudes sur la qualité, les calibres étant moins bons et les effets de la sécheresse à découvrir.

La saison 2021 s’est bien soldée pour la coopérative qui a travaillé une récolte de qualité exceptionnelle avec des calibres magnifiques et davantage de facilité à les commercialiser. Elle a mis en marché 2810 tonnes de noix sèches, dont 253 tonnes en bio, et 114 tonnes de noix fraîches. Tous les marchés sont en augmentation, France, Espagne, Allemagne et Italie. Des volumes en progression qui ont trouvé preneur à des prix corrects. La direction de Lipequ a cependant souligné que les prix auraient pu être encore meilleurs si l’interprofession de la noix de Grenoble n’avait pas malhonnêtement fait de fausses annonces sur les cours des marchés. Les relations entre les deux bassins semblent décidément de plus en plus tendues.

 

Contexte 2022

La conjoncture a cependant beaucoup changé en un an. La guerre en Ukraine, la flambée inédite des coûts de production, notamment l’énergie, et la sécheresse compliquent sérieusement la donne. A la veille de la récolte 2022, tous les feux passent au rouge, ce qui inquiète la filière. La Chine, les Etats Unis et le Chili, principaux producteurs mondiaux de noix ont affiché leurs estimations de récolte et détiennent quelques stocks de report. Parallèlement, la consommation de noix reste la grande inconnue, l’inflation poussant les consommateurs à diminuer leurs achats. Et la coopérative est également confrontée à l’explosion des charges à tous les niveaux.

Le secteur du bio souffre également beaucoup avec des achats en forte baisse, tandis que la production de noix bio augmente. Lipequ doit trouver toujours plus de clients pour écouler son volume de noix bio. Enfin, la coopérative craint le niveau de qualité de cette récolte 2022 qui devrait débuter fin septembre. Les prévisions de calibre ne sont pas terribles, les arbres ayant cette année beaucoup de noix mais de petits calibres. Tout le monde redoute surtout les conséquences de la canicule et de la sécheresse sur la qualité des cerneaux. Les arbres non irrigués qui ont le plus souffert du stress hydrique risquent de fournir des cerneaux de piètre qualité.

Le président de la coopérative, Charles Labrousse, rappelait la fonction vitale de l’eau et la nécessité de créer suffisamment de réserves pour pouvoir irriguer en saison estivale de plus en plus sèche. Il en appelait au bon sens des pouvoirs publics pour relancer la création de réserves.