La France compte aujourd’hui 39 départements colonisés par les loups… sans compter ceux où la prédation des ours, des vautours et des lynx est avérée.
Fort de ce constat, la FDSEA, les JA et le SEO du Lot, ont soutenu la mobilisation nationale du 15 octobre dernier. En effet, une soixantaine de départements ont répondu à l’appel à mobilisation lancé par la FNSEA, la FNO et JA face à la colère et l’exaspération des éleveurs des territoires prédatés.
Le sujet de la régulation des prédateurs doit enfn être abordé sur le fond, loin des positions militantes déconnectées de la réalité que vivent les éleveurs.
Pourquoi cette solidarité lotoise ? Car le Lot, il faut le rappeler est un département d’élevage avec une topographie bien singulière, ce qui rend ainsi l’élevage vulnérable.
Il faut également rappeler que le pastoralisme permet d’entretenir les paysages, de maintenir une biodiversité sur des espaces. Le risque avec des espaces non pâturés est l’ensauvagement des territoires avec la fin du pastoralisme, le développement d’incendie et la fin du métier d’éleveur.
Nous ne permetrons pas que cela arrive !
Bien que nous pouvons nous féliciter de l’implication une fois encore, de nos réseaux, il faut surtout une prise de conscience des pouvoirs publics quand à la régulation des prédateurs pour protéger les éleveurs et leur sfamilles et maintenir des territoires vivants !
La FDSEA du Lot, les JA ainsi que le Syndicat d’Elevage Ovin du Lot ne permetront pas l’implantation durable de prédateurs sur le territoire lotois.