• mai 3, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 646

Un nouveau bureau présidé par Julien Vielcazal

Un nouveau bureau présidé par Julien Vielcazal

L’actualité est dominée par les évènements de crise tant sur le plan géopolitique international qu’au niveau climatique et sanitaire local.

Actualité de crise

Pour faire face à la flambée des charges, le Gouvernement a annoncé un grand plan de résilience axé sur des allègements à plusieurs niveaux. Au niveau des fluides de chauffage, gaz et électricité, il est envisagé une prise en charge de 50 % des surcoûts dans la limite de 80 % des pertes. La profession agricole, dont les jeunes agriculteurs, va analyser de près ces données pour faire valoir ses priorités.

Les jeunes agriculteurs, en phase d’installation et donc plus fragiles, attendent surtout une application stricte de la loi Egalim 2 pour obtenir une nette hausse des prix de leurs productions afin de pouvoir absorber la flambée des charges.

Grippe aviaire et gel

Sur le plan local, les jeunes sont très inquiets des conséquences de la grippe aviaire sur la filière avicole Lotoise. Les jeunes agriculteurs réclament l’accélération de la mise au point de vaccins utilisables sur les volailles, seul moyen de juguler l’épidémie. Cette crise sanitaire engendre de graves conséquences humaines sur le moral des éleveurs. La profession demande le déblocage rapide d’aides et un accompagnement particulier pour les exploitants touchés.

Des commissions d’enquête sont réalisées pour évaluer le niveau des dégâts.

Communiquer avec les réseaux sociaux

Les jeunes avaient ensuite organisé un débat sur les moyens de communiquer avec les réseaux sociaux afin de montrer les réalités de leur métier et d’en améliorer l’image auprès du grand public. Plusieurs jeunes témoignaient de leurs pratiques sur différents réseaux pour tenter de valoriser leur métier. Baptiste Imbert, administrateur JA régional, expliquait la création sur son département d’une association d’agriculteurs pour communiquer sur Twitter. Plusieurs participants soulignaient aussi la nécessité de rentrer dans les écoles et collèges pour présenter le métier et le faire toucher du doigt aux étudiants.