• janvier 4, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 442

Organisation du travail : Mutualiser les moyens de production

Organisation du travail : Mutualiser les moyens de production

Les agriculteurs ont pu visiter les installations du regroupement de Scaumels

Face aux nouveaux enjeux agricoles, mise aux normes des équipements, maîtrise des charges, astreintes de travail en élevage, certains agriculteurs ont choisi de mutualiser leurs moyens de production. Une solution qui offre des avantages et peut servir d’exemple.

 

Comment faire face à l’évolution rapide de l’agriculture et répondre aux nouveaux enjeux, augmentation des tailles d’exploitation, normes et pratiques imposées, réduction des astreintes de travail notamment pour les éleveurs… ?Comment s’organiser avec les autres pour être bien au travail ?Le GIE Occitanie et le Service de remplacement régional veulent mettre en avant des solutions concrètes qui font déjà leurs preuves sur notre région. Ils organisent donc des visites de cas concrets pour montrer ce qu’il est possible de faire.

 

L’exemple de Scaumels

La visite du regroupement de Scaumels à Viazac a ainsi réuni des éleveurs le vendredi 9 décembre. 9 chefs d’exploitation issus de trois GAEC et un exploitant individuel ont engagé la mutualisation de leurs moyens de production depuis 2006. Ils ont fait visiter leurs installations et expliqué la démarche qui les a animé. Cela n’a pas été décidé sur un coup de tête mais a fait l’objet d’une longue réflexion collective comme le soulignait Pierre Lafragette « dès le début des années 2000, nous avons compris qu’il deviendrait de plus en plus difficile de rester chacun chez soi, sur son exploitation avec des contraintes croissantes et une charge de travail toujours plus grande. Déjà, nous nous interrogions sur l’avenir de nos fermes et la difficulté à installer la nouvelle génération de nos enfants. Il fallait inventer un nouveau modèle… »

Profitant d’une ouverture juridique pour les éleveurs laitiers, « l’arrêt Balman », les deux GAEC voisins commencent par mettre leurs troupeaux laitiers en commun au sein d’un même bâtiment. Ils embauchent deux salariés en commun. Cela leur permet de limiter les charges de mise aux normes de leurs élevages (fosses, fumières, équipements…). Cela amène également la possibilité de soulager l’astreinte de la traite en organisant une rotation à plusieurs. Un premier pas est franchi.

 

Préparer l’installation

Très vite, ils réfléchissent alors avec deux autres exploitants de la commune voisine de Figeac à poursuivre cette mutualisation qui offre plein d’avantages, avec l’objectif d’installer la nouvelle génération montante. En 2013, ils prennent la décision d’aller plus loin et de regrouper les différents ateliers, laitier, bovin viande, canards prêts à gaver, ainsi que le matériel et les surfaces foncières. Une véritable mutualisation des moyens qui les amène à organiser une répartition des taches avec la création d’une banque de travail. Celle-ci leur permet notamment d’organiser la traite « en semaine nous sommes 5 à traire les 130 vaches en nous remplaçant pour que ceux du matin soient libres le soir et qu’on ne traie qu’un week-end sur deux… » L’astreinte est ainsi beaucoup plus légère, ce qui s’avère plus attractif, notamment pour les jeunes. Côté foncier, ils ont créé un GFA (groupement foncier agricole) afin de mettre tout le foncier en commun et de n’avoir que des parts à transmettre aux jeunes qui s’installent. Enfin, ils ont confié tous les équipements fourragers et d’épandage à la CUMA locale de Viazac pour en diminuer le coût. Encore une façon d’alléger l’accès des jeunes installés aux matériels.

 

Méthanisation

Leur dernier investissement est une unité fermière de méthanisation qui a été construite à côté de la stabulation. Elle permet de valoriser les effluents bovins et canards, ainsi que des cultures intermédiaires, pour produire de l’électricité revendue à EDF et de la chaleur qui chauffe leurs maisons d’habitation. Ces quatre fermes sont ainsi devenues excédentaires en énergie, contribuant à approvisionner le réseau local d’électricité pour la collectivité. Une initiative qui s’inscrit dans la continuité de cette démarche de mutualisation.