• avril 7, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 650

Édition 2023 : Journée Technique Ovine

Édition 2023 : Journée Technique Ovine

L’ensemble de la filière ovine sous la coordination de la Chambre d’agriculture a organisé la journée technique ovine le 10 mars au GAEC de Négelle chez René et Adrien BARRE.

 

Etienne Fouché, le président du syndicat d’élevage ovin du Lot a ouvert la journée qui a réuni 70 participants : agriculteurs et techniciens présents à ce rendez-vous technique annuel. Une journée qui se veut avant tout pédagogique en présentant les dernières innovations en matière de gestion du troupeau ovin. Rappelant que la filière Lotoise est engagée dans le Plan de re-lance/CAPEL, pour dynamiser la production, il soulignait l’importance des techniques développées, et des essais favorisant l’attractivité du métier. Les thématiques des ateliers de cette journée avaient justement été choisies pour répondre à ces attentes. L’Agneau Fermier du Quercy a organisé une dégustation d’agneau à l’occasion du buffet proposé aux participants.

 

Alimentation des agneaux : les nouveautés (Laurence SAGOT – Idele/CIIRPO)

  • Pois toasté : sans intérêt économique

Le toastage consiste à chauffer les graines afin d’améliorer leur teneur en protéines digestibles intestinales (PDI). Deux essais réalisés avec du pois incorporés dans un mélange fermier pour des agneaux de bergerie sevrés indiquent qu’il n’en est rien. En effet, la valeur en PDI du protéagineux toasté n’a été majoré que de 4 et 10 g par rapport à celle de la graine crue, avec aucune influence sur les croissances, les qualités de carcasses et les indices de consommations. Par contre, compte tenu du coût du toastage (55 € la tonne), le prix du mélange fermier a été augmenté de 22 € la tonne.

  • Plantes à tanins : elles ne remplacent pas un traitement chimique

Si la chicorée, le plantain et le sainfoin se présentaient comme une alternative au traitement antiparasitaire, de récentes études montrent qu’il n’en est rien ! Aucune des trois plantes ne remplace un traitement antiparasitaire contre les strongles digestifs. Les résultats des analyses de crottes et le comptage des vers adultes dans les tubes digestifs des agneaux sont unanimes. Par contre, la plus grande résistance à la sécheresse de ces plantes et leurs qualités nutritionnelles sont confirmées.

 

Agrivoltaïsme : opportunités et réglementation (Grégoire MAS – Chambre d’agriculture du Lot)

L’agrivoltaïsme est une notion récente dont le concept est de coupler production agricole et production photovoltaïque sur un même foncier. Aujourd’hui, il y a des systèmes adaptables aussi bien pour les élevages, que pour l’arboriculture, la viticulture et les grandes cultures. Encadré par la loi depuis 2023, l’agrivoltaïsme doit se traduire par des avantages concrets pour les exploitations. Dans le LOT, une doctrine professionnelle donne un cadre depuis 2021 afin que la production agricole soit avérée et pérenne. Une convention tripartite signée par le développeur, l’agriculteur et la Chambre d’agriculture prévoit des indicateurs de productivité agricole minimum,vérifiés chaque année. En cas de non atteinte, c’est le collectif identifié plus haut qui émargera à la place de l’agriculteur. Cet outil a pour but de garantir la productivité et la pérennité de l’exploitation.

Classement des agneaux en abattoir (Hélène CAVAROC – Destrel Viandes)

Même si la pesée est un bon moyen pour déterminer les départs des agneaux à l’abattoir, il n’est pas suffisant pour évaluer l’état d’engraissement.3 points de repères sont utilisés pour évaluer l’état d’engraissement sur agneau vif : le dos, la queue, les côtes. Ensuite, en abattoir, les agneaux sont classés sur leur conformation (à la classe entière ou au tiers de classe) suivant la grille EUROP et leur état d’engraissement de maigre à couvert (de1 à 5), en vif et carcasse. Les 3 parties principales de la carcasse sont classées et permettent de définir la note de conformation et d’engraissement : le quartier arrière [la culotte (2 gigots et selle)], le dos et les épaules. Dans le cas où la carcasse ne présente pas un caractère homogène sur les 3 parties, la classe à retenir est soit celle dans laquelle rentre 2 des 3 parties, soit de façon exceptionnelle la moyenne des 3 parties.

Essai Pâturage Hivernal Méteil au GAEC des Bories (François LABRUNIE -Chambre d’agriculture du Lot)

Cet essai est mené dans le cadre du Plan de Relance/CAPEL.

L’objectif est d’acquérir de l’autonomie fourragère avec de la ressource sur pied de qualité en période hivernale, afin de préserver les stocks de fourrages conservés et diminuer la mécanisation.

Semis direct réalisé au mois de septembre, avec comme mélange :

Quantités de MS déjà prélevées et valeurs alimentaires

Un réel intérêt économique

La valeur alimentaire de la ration à base de 100 % de pâturage hivernal de méteil permet de remettre des brebis à l’entretien en état, d’effectuer un flushing de qualité, de préparer les brebis gestantes à la mise-bas et de couvrir des besoins en lactation. Cette ration permet d’économiser, des stocks de fourrages conservés, des charges de mécanisation et de la distribution de concentrés

La ressource hivernale reste limitée (végétation en dormance). En vue d’un pâturage hivernal significatif, cette pratique viendra s’ajouter à d’autres types de prélèvements :

• Bois pâturés + méteil

• Autres types de prairies + méteil

• Couverts végétaux + méteils

Vous pouvez retrouver plus de détails sur les ateliers dans la plaquette de la journée téléchargeable sur le site internet de la Chambre d’agriculture du Lot.

Nous tenons à remercier l’ensemble des acteurs de la filière pour leur participation à la préparation de la journée.