• mai 10, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 417

Formation Chambre d’agriculture : Cultiver le chanvre, une opportunité

Formation Chambre d’agriculture : Cultiver le chanvre, une opportunité

Le chanvre revient en force dans différents débouchés actuels, du textile au bâtiment en passant par la production de molécules récréatives. La Chambre d’agriculture a donc organisé avec l’appui de Vivéa une journée de formation pour mieux comprendre cette culture sur les plans technique et réglementaire.

 

Fabien Bouchet-Lannat avait fait appel à un spécialiste du sujet, Julien Bonnet, de la coopérative Virgocoop qui travaille activement à la relance de cette filière sur notre région. Cultivé depuis des millénaires pour ses nombreux avantages, notamment textiles, le chanvre est tombé dans l’oubli au vingtième siècle sous la poussée de la pétrochimie. Mais au moment où cette dernière montre ses conséquences néfastes sur l’environnement et la santé, la culture du chanvre revient en force. Cette plante possède en effet des atouts considérables car c’est une culture complètement durable qui ne nécessite ni pesticides, ni eau, ni OGM, et ne laisse aucun déchet. Elle est valorisable dans de nombreux domaines comme le textile, l’isolation des bâtiments, la plasturgie, l’alimentation animale ou humaine, les molécules complexes (CBD, THC).

 

 

Région favorable

Notre terroir Occitan, particulièrement le Quercy, est favorable à la culture du chanvre qui y poussait déjà très bien autrefois. Le contexte agroclimatique lui est très propice. La Région Occitane soutient donc officiellement son retour et le développement de cette filière. Le chanvre occitan possède en effet des fibres de très haute qualité valorisables dans la confection de vêtements de haut de gamme comme les jeans, les vestes. Sa fibre peut se travailler de diverses manières, pure ou en mélange avec du coton, ou bien encore avec une technologie cellulosique pour la plasturgie. Enfin, un nouveau débouché est apparu avec la production de molécules récréatives comme le CBD. Il faut toutefois préciser que les variétés dédiées à ce dernier ne sont pas les mêmes que les autres, et sont soumises à une réglementation très stricte, un décret fixant le taux maximal de la molécule dans la plante. Julien Bonnet soulignait que la culture du chanvre pour la production de ces molécules récréatives est réservée aux agriculteurs exploitants utilisant exclusivement des semences certifiées (bien conserver leurs sacs pour les contrôles administratifs). Elle est donc interdite aux particuliers !

 

Aspect agronomique

Sur le plan agronomique, le chanvre se sème en avril sur sol réchauffé et ressuyé. Il est important de bien réussir l’implantation pour un démarrage rapide de la plante. Il ne nécessite qu’un petit apport d’azote, une quarantaine d’unités, si possible sous forme organique (fumiers…).Le succès réside dans un sol bien préparé, vivant et non bloqué. Il pousse ensuite très vite de mi mai à fin juin puis fleurit à partir de mi juillet jusqu’en août. Pour la production de fibres, il est alors fauché mi août et laissé au sol plusieurs semaines en andains pour le rouissage (attaque par les champignons du sol qui commencent à digérer la cellulose). Pour la production de graines, le chanvre est moissonné en septembre en coupant très haut les épis. On peut aussi valoriser les tiges en les récoltant ensuite mais leur valeur est moindre. La coopérative Virgocoop propose des contrats de production aux agriculteurs.