• août 4, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 441

FNPL : Pas de baisse du prix du lait pour financer les promotions !

FNPL : Pas de baisse du prix du lait pour financer les promotions !

Dès le mois de mars, la FNPL s’est battue pour obtenir une exemption de la filière laitière des renégociations commerciales. Alors que cet engagement semblait tenu par les acteurs de l’aval et le Gouvernement et que, depuis un an, l’évolution des prix a permis le maintien de la consommation de produits laitiers, les discussions commerciales tendent aujourd’hui à augmenter le niveau de promotions.

 

Si les éleveurs ont concédé en 2022 une augmentation du prix du lait plus modérée que dans les autres pays européens, c’est justement pour n’accepter aucune baisse dans les cours de ferme en 2023. C’est d’autant plus nécessaire que les charges ne baissent pas de manière accélérée et que la sécheresse pourrait à nouveau entraîner des conséquences importantes dans les élevages en 2023. Alors que plusieurs négociations entre OP et industriels demeurent compliquées voire en situation de blocage, il est inconcevable que des promotions massives sur des produits laitiers soient négociées avec les industriels en sus de celles déjà prévues dans les contrats annuels. Ces promotions ne doivent pas avoir un impact sur le prix payé aux producteurs in fine. Si certaines entreprises affichent des prix du lait cohérents pour 2023, d’autres inquiètent et sont en contradiction avec les engagements affichés en début d’année !

La FNPL attend de la filière une exemplarité en termes d’application des lois EGalim (construction du prix en marche avant sur la base d’indicateurs robustes et objectifs et respect de l’encadrement des promotions) plutôt qu’en matière de guerre des prix ou plutôt de guerre des parts de marché entre les opérateurs de l’aval. En pleine déprise laitière, un retour en arrière pour les producteurs en termes de revenu serait un vrai signal négatif. Les progrès réalisés en 2022 sont un juste retour de valeur pour le travail des éleveurs et doivent être continus dans les prochaines années, si de réels impacts sur le renouvellement des générations et la souveraineté alimentaire française sont souhaités par tous. L’été et la rentrée sont donc scrutés avec attention par l’ensemble du réseau FNPL pour éviter toutes braderies de produits laitiers: l’engagement doit être total.