• janvier 19, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 2773

Coopératives CAPEL et UNICOR Un processus de fusion pour répondre ensemble aux grands enjeux agricoles

Coopératives  CAPEL et  UNICOR Un processus de fusion pour répondre ensemble aux grands enjeux agricoles

Les coopératives Capel et Unicor engagent une procédure de fusion afin de mieux préparer ensemble les grandes adaptations auxquelles doivent faire face les agriculteurs et les coopératives. La nouvelle entité sera ainsi plus forte pour répondre aux besoins d’innovation et de transformation du secteur agricole.

Lors de leurs Conseils d’Administration respectifs, les coopératives CAPEL et UNICOR ont adopté un traité de fusion. Ce projet, une fois ratifié par les adhérents des deux coopératives lors des assemblées générales extraordinaires, conduira à la constitution d’une nouvelle coopérative. Les relations entre CAPEL et UNICOR sont déjà anciennes et solides, les deux organisations travaillant depuis longtemps au sein de l’union la Quercynoise pour la valorisation des palmipèdes et étant également membres d’Unisud, le groupement d’achat des fournitures agricoles. Les présidents Christophe Canal et Jean Claude Virenque soulignent « nos territoires sont proches et nos productions identiques axées principalement sur l’élevage. Nous avons de bons résultats financiers et c’est le moment de nous regrouper alors que partout autour, on assiste à de nombreuses fusions tous azimut faisant émerger de très grosses entités coopératives ou privées… »

Nouvelle étape

Pour la Capel qui vient de fêter ses cinquante années d’existence, une nouvelle page se tourne avec cette fusion annoncée. Son président Christophe Canal justifie cette orientation «  aujourd’hui, le monde agricole est confronté à une profonde mutation avec de nouveaux enjeux fondamentaux. Il y a le renforcement de la concurrence, l’envolée des coûts des fournitures, la transition des pratiques agricoles, les nouvelles exigences de la société, ce qui nécessite de notre part des investissements et des innovations. Nous avons donc besoin d’une coopérative possédant une taille critique suffisante pour être en posture de développement et d’innovation et en capacité de répondre aux besoins des agriculteurs. Cette taille critique permettra d’améliorer la capacité d’investissement en particulier sur les sujets liés à l’innovation et à la transformation des modèles agricoles… »

Mêmes modèles

Les deux coopératives se connaissent depuis longtemps et travaillent déjà ensemble dans plusieurs domaines. Les deux présidents rappellent la proximité géographique des deux organisations qui fonctionnent exactement sur le même modèle, les similitudes de leur territoire orienté vers l’élevage de qualité et caractérisé par une ruralité de moyenne montagne, ou encore la volonté d’aller plus loin sur le volet agro-alimentaire. « Cette fusion va nous permettre de pérenniser et de consolider nos outils coopératifs. C’est un élément de souveraineté essentiel pour les agriculteurs de notre territoire. En musclant nos filières, en additionnant nos compétences, en créant des synergies, nous allons chercher de la performance et de la valeur pour les exploitations agricoles. C’est
la capacité de l’agriculture de notre territoire à se projeter sur les prochaines décennies, à se
transformer et à innover qui se joue ici. Il en va de la souveraineté agricole de notre territoire… »

Présentation aux adhérents

Après autorisation de l’Autorité de la Concurrence et vote favorable lors des assemblées générales extraordinaires, La nouvelle coopérative qui naîtra de cette fusion s’organisera en 11 sections territoriales et sa gouvernance sera assurée par 31 administrateurs issus de CAPEL et UNICOR, et représentatifs du territoire et de la diversité de ses productions. « Cette organisation par section est primordiale car elle garantie la proximité avec nos adhérents » souligne Christophe CANAL « Elle reflète notre volonté de maintenir et même d’améliorer notre présence au plus près des exploitations agricoles. La proximité sera en effet un élément constitutif de la nouvelle coopérative et elle se traduira concrètement sur le terrain. La force de la Coopération c’est de mettre le collectif au service des personnes… » Ce projet de fusion sera présenté en détail lors de réunions territoriales (voir planning ci-dessous) auxquelles les présidents appellent à participer « Il est crucial que nos adhérents viennent massivement à ces réunions, car ce sont eux qui finaliseront ce processus de fusion. Le principe, une personne égale une voix, est au cœur de l’ADN démocratique de la coopération agricole et il appartient à nos adhérents d’utiliser leur pouvoir souverain… »

 

Les chiffres des deux coopératives

Les deux coopératives évoluent principalement sur cinq départements, l’Aveyron, le Lot, la Lozère, la Corrèze et le Cantal, ainsi que sur certaines parties des autres départements limitrophes. Sur cette zone, il faut noter que la population globale d’habitants est en hausse, ce qui témoigne d’une certaine régénération des espaces ruraux et augmente les besoins de services et d’alimentation. Les deux coopératives sont présentes sur tous ces créneaux avec leurs magasins spécialisés (Gammvert…), leurs distributions alimentaires comme le magasin « Frais d’ici » à Cahors. Elles sont donc ancrées au cœur de notre territoire jusque dans les communes rurales parfois isolées où elles apportent de services irremplaçables aux habitants. Une proximité qui constitue leur force et qu’elles entendent maintenir.

UNICOR est un groupe coopératif agricole & agroalimentaire historiquement implanté sur les contreforts du Massif central. Fort de 7000 adhérents actifs et d’un chiffre d’affaires avoisinant les 455 millions d’€, UNICOR rayonne aujourd’hui sur les départements de l’Aveyron, du Cantal, de la Lozère, de la Haute-Loire, de l’Hérault, du Tarn et du Tarn-et-Garonne. Avec ses filières en productions animales et végétales, en abattage et en transformation, en agro-distribution, en machinisme, en jardinerie & libre-service agricole et en distribution alimentaire, UNICOR place la vitalité de la ruralité, la promotion d’une agriculture vertueuse, le service aux agriculteurs, ainsi que l’amélioration de leurs revenus au centre de sa stratégie.
CAPEL Coopérative Agricole des Productions et Elevages « La Quercynoise », met les compétences de ses 700 collaborateurs en oeuvre pour valoriser les productions de ses 3000 adhérents et de ses clients. Forte d’un chiffre d’affaire consolidé de 282 millions d’€, la Coopérative CAPEL intervient principalement sur les départements du Lot, de la Corrèze et au nord du Tarn-et-Garonne. Ses activités s’articulent autour de 2 pôles. Un pôle Productions Animales, structuré autour de 3 Organisations de Producteurs : palmipèdes, bovins et ovins. Son principal outil industriel, La Quercynoise, valorise toute la production de ses adhérents producteurs de canards et d’oies. Un Pôle Distribution à destination des professionnels agricoles (agrofournitures, agroéquipement, culture et collecte, vigne) comme du grand public (Gamm Vert & Frais d’Ici).