• juin 10, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 137

Dégâts de gibiers : La colère monte !!

Dégâts de gibiers : La colère monte !!

La commission « dégâts de gibiers » de la Fdsea était réunie le 28 mai dernier à Labastide Murat sous la présidence de Thierry NOIREAU. Les délégués ont dressé un état des lieux de la situation par secteur ; ils ont également défini l’attitude à tenir en réponse au discours provocateur de certaines sociétés de chasse.  

 

Quasiment tous les secteurs du département connaissent des problèmes récurrents de dégâts de gibiers et en particulier des dommages engendrés par la surpopulation de sangliers. Malgré des tableaux de chasse bien remplis, le nombre de sangliers présents dans les territoires est toujours plus important. Les préjudices sur les parcelles cultivées mais aussi les dégâts sur les prairies sont tout simplement devenus insupportables pour le monde agricole. Deux secteurs sont très impactés : une zone autour de Catus et un secteur en limite de la Dordogne proche de Salviac.

Pour les délégués présents, des décisions doivent être prises et des actions doivent être engagées très rapidement pour éviter que la situation s’envenime. Les syndicalistes dénoncent une fois encore le discours tenu par certains chasseurs concernant la pose de clôture : « c’est inadmissible insiste un délégué ». A ce propos, le responsable de la commission Thierry NOIREAU et Christophe BONNET en charge de ce dossier à la Chambre d’Agriculture ont informé l’assemblée qu’un rendez-vous avec la Fédération des Chasseurs, en présence du Directeur de la DDT, était prévu dans les prochains jours.

Les deux élus professionnels ont précisé : « les clôtures doivent être fournies par les chasseurs et la pose doit se faire en bonne entente entre agriculteurs et chasseurs. De plus, cette protection n’empêche pas tous les dégâts ; il est donc normal qu’une indemnité soit versée malgré la présence d’une clôture. Il est temps que les fausses informations diffusées par les chasseurs cessent. »

Concernant le piégeage, les délégués ont dénoncé la non implication des chasseurs au plan local pour mettre en œuvre le dispositif. Thierry NOIREAU et Christophe BONNET ont fait part de la possibilité de déléguer le droit à destruction. Ils ont également insisté sur l’urgence à déposer des demandes d’autorisation de piégeage à la DDT. Pour les membres de la commission, le rendez-vous à venir avec la Fédération des chasseurs et la DDT est celui de la dernière chance pour apaiser un climat délétère dans certains secteurs.

Sans un changement d’attitude des chasseurs et sans la mise en place de vraies solutions concrètes, les syndicalistes se réservent le droit d’organiser des actions plus démonstratives !! La révision du Schéma Départemental Cynégétique s’annonce tendue.